Du poisson suisse dans nos assiettes

Même les poissons suisses les moins connus raviront votre palais

Reto Invernizzi, client hebdomadaire du FlowerPower de Thoune et pêcheur sportif passionné, s'engage en faveur des poissons suisses.
«Il n'y a presque rien de plus beau que de préparer une truite fario pêchée soi-même et de la déguster en famille le soir selon, on peut le dire, un rituel presque cérémoniel.» R. Invernizzi explique que cela ne va pas de soi et précise qu'il ne cuisine pas que des truites fario, une espèce devenue rare, mais aussi des poissons moins connus comme des lottes ou des rotengles. Même un beau poisson d'élevage, tel qu'une perche du Valais, s'avère une alternative délicieuse.

Consommer des poissons suisses est sain et même conseillé par le WWF

Le taux de consommation de poissons indigènes n'atteint malheureusement que 6 %. Pourtant, comme le signale le WWF Suisse, il est intéressant de manger des poissons issus des lacs et cours d'eau suisses. En effet, le risque de surpêche est bien moindre ici que dans les océans, car la pêche nationale est soumise à des réglementations juridiques strictes. Acheter des poissons pêchés dans les eaux suisses permet de soutenir l'entretien des lacs et cours d'eau locaux et les pêcheurs professionnels suisses contribuent significativement à la biodiversité. De plus, les poissons suisses sont transportés sur de courtes distances et sont disponibles dans leur région d'origine. Leur fraîcheur est incontestable. Le poisson apporte à l'organisme des protéines essentielles et faciles à digérer, des vitamines, des substances minérales et des oligo-éléments. Il est une source de vitamine D3, une substance vitale que notre corps ne peut produire que sous l'action des rayons solaires. Et lorsqu'il est préparé sans huile de friture ni mayonnaise, le poisson est par ailleurs naturellement pauvre en graisses. Les omégas 3, des acides gras présents notamment dans les truites, possèdent des propriétés anti-inflammatoires et sont importants pour le cerveau et le système nerveux.
En Suisse, on dénombre plus de 50 espèces de poissons indigènes. Il est préférable d'opter pour les espèces qui ne sont pas menacées, comme la perche, le brochet, le gardon et le rotengle. Le corégone, un autre poisson suisse très apprécié, est malheureusement potentiellement menacé et les truites issues de la pêche sauvage se font de plus en plus rares. Afin d'apprécier pleinement les saveurs des poissons suisses, il convient de les assaisonner légèrement, de préférence seulement avec du sel, du poivre et du jus de citron. Commencez toujours par rôtir les filets du côté de la chair, puis du côté de la peau, afin qu'ils ne gonflent pas. Vous pouvez manger la peau croustillante.

Les avantages en un coup d’œil:

  • contribue à l’entretien des lacs et cours d’eau suisses
  • lutte contre la surexploitation des océans
  • est frais et régional
  • est très bon pour la santé
  • favorise le développement de la masse musculaire et aide à garder la ligne 

Marianne Botta l 28 avril 2016

 


 

 


FlowerPower Fitness et Wellness SA
  • Medbase
  • Migros Aare
  • Quevita
  • Fitnesspark Hamam Baden
  • Fitnesspark Time-Out Ostermundigen
  • Fitnesspark Hallenbad Oberhofen
  • Bernaqua
  • Golfpark Moossee
Parternaire