À propos de FlowerPower

Nous pouvons bien plus que ce que nous imaginons – une interview avec Jochen Müller

Jochen, tu as créé FlowerPower en 2005, en collaboration avec Boris Caminada. Qu’est-ce qui impressionne les adhérents FlowerPower jusqu’à ce jour?

Sans arrêt, des clients viennent me voir en me disant qu’ils se sentent extrêmement à l’aise dans les locaux de FlowerPower. Ils apprécient l’atmosphère, les contacts détendus avec les autres participants et avec nos collaborateurs.

Cela signifie-t-il que FlowerPower est différent des autres Centres fitness?

Oui, nous associons de façon harmonieuse les aspects mouvement, détente et alimentation. Car un corps sain a besoin non seulement de mouvement, mais également de moments de calme et de régénération. L’histoire et la création de FlowerPower sont d’ailleurs étroitement liées à ma propre histoire et ma propre évolution.

Tu as grandi au milieu d’une famille et d’une région vouées au sport?

J’ai grandi à Leysin, une région dans les Alpes suisses fortement marquée par le ski et le hockey sur glace. Le sport était chez nous une affaire de famille, mon père a travaillé comme guide de montagne et professeur de ski. Il n’était pas rare que je fasse du ski avant midi, au sein de la sélection régionale de ski, et que je consacre le reste de mon énergie au hockey sur glace dans l’après-midi.

Avec toutes ces activités sportives, ton corps t’a sûrement fixé des limites et ouvert de nouvelles voies?

C’est sûr, il y a eu deux tournants. Le premier tournant s’est produit dès mon adolescence. À cause d’une maladie, j’ai été obligé d’interrompre mon entraînement de ski et de hockey pendant quatre mois. Ce n’était pas facile, mais l’entraînement de réhabilitation m’a permis de découvrir une nouvelle passion, la course à pied. J’ai trouvé du plaisir dans différentes disciplines de l’athlétisme et je me suis spécialisé dans le 800 m.

Quel a été le second tournant?

Plus tard, j’ai fait des études à la Haute école fédérale de sport de Macolin. En raison du surmenage dû aux courses à pied, je n’ai pas tardé à souffrir d’une fracture de fatigue à la cuisse. S’ensuivit une interruption d’activité pour cause de blessure qui a, une fois encore, entraîné un changement de cap dans mon orientation sportive. Ce changement de cap a été particulièrement important dans ma vie car il a constitué le point de départ de la création du concept FlowerPower.

Avant cela, tu avais financé tes études en tant qu’entraîneur dans un studio fitness?

Oui, c’était au début des années 90. J’ai travaillé comme intérimaire dans un studio fitness près de chez moi et j’ai pu découvrir le vélo spinning en Suisse. À cette époque, le spinning n’était d’ailleurs pas encore très connu en Europe. J’ai été formé, en peu de temps, comme maître instructeur en spinning et j’ai pu donner des cours de spinning dans le monde entier, pour le compte des studios fitness Schwinn.

Quelles sont les expériences faites à ce moment-là, que vous avez intégrées à la conception de FlowerPower?

À cette époque, j’ai non seulement découvert différents pays et cultures, mais j’ai également eu des retours très variés au sujet des unités d’enseignement. Les participants aux cours ont constaté, par exemple, que grâce aux différents exercices de concentration, ils étaient capables de performances qu’ils n’avaient jamais cru pouvoir réaliser auparavant.

Cela signifie que lorsqu’une personne bénéficie d’un enseignement correct, elle peut aller plus loin qu’elle ne le pense?

C’est sûr, certaines personnes ont été capables, au bout de six mois d’entraînement spinning, de lire un livre dans la même pièce où leurs enfants étaient en train de jouer – ce qui était impossible auparavant. Ces personnes ont amélioré leur confiance en elles et ont été en mesure tout d’un coup de mieux s’estimer. Ces clients ont bien sûr prolongé leur abonnement car ils ne voulaient plus renoncer à une meilleure qualité de vie.

Ainsi, un corps sain est habité par un esprit sain et inversement. Est-ce que cela résume une partie de l’histoire de FlowerPower?

Dans une large mesure car la performance humaine n’est pas seulement liée à des facteurs physiques. Le psychisme joue un rôle capital et est souvent sous-estimé.

Est-ce que cette conclusion a également marqué la naissance de FlowerPower?

Oui, j’ai senti croître en moi l’envie de créer une plateforme, sur laquelle toutes les personnes pouvaient faire les expériences citées auparavant. J’ai eu l’idée d’élaborer une offre, en collaboration avec Boris Caminada, qui s’adresse au corps et à l’esprit et les relie de différentes façons. C’est ainsi qu’en 2005 est né le premier FlowerPower à Bienne.

Quelles sont aujourd’hui les particularités des Centres FlowerPower?

L’offre variée, le nom de FlowerPower et le concept de couleur spécial. Tout cela représente la diversité des performances humaines. «Flower» est synonyme de calme, de détente et de repos. «Flower» est associé, dans nos Centres, à la couleur verte. «Power» est synonyme d’activité et de mouvement. Nos espaces d’entraînement sont reconnaissables à leur couleur bleue. Les pôles détente et mouvement ont une influence fondamentale sur la compréhension des clients par nos collaborateurs.

Le concept FlowerPower est synonyme, par conséquent, de moments d’entraînement et de détente à visée globale?

Le but pour nous n’est pas de fournir à tout prix à chaque client un programme cardiovasculaire et d’entraînement de la force. Nous voulons offrir à nos clients un programme qui réponde à leurs souhaits et à leurs besoins. Ce n’est pas forcément un programme d’entraînement, il peut également s’agir d’un programme GroupFitness ou wellness, qui ne sera complété par une partie entraînement qu’avec le temps. Le client vient chez nous et progresse chez nous, et nous répondons à cette progression par une offre fitness et wellness à visée globale.

 

FlowerPower Fitness et Wellness SA
  • Medbase
  • Migros Aare
  • Quevita
  • Fitnesspark Hamam Baden
  • Fitnesspark Time-Out Ostermundigen
  • Fitnesspark Hallenbad Oberhofen
  • Bernaqua
  • Golfpark Moossee
Parternaire